Un portrait hallucinant Après « Inversion » et « La Confrérie des mutilés », Brian Evenson poursuit avec « Père des mensonges » son analyse critique du fait religieux et de la violence spirituelle, psychologique et sociale, que celui-ci peut susciter. A l’image d’Edgar Poe, il place le lecteur au coeur même d’une folie à l’origine et à l’issue aussi complexes…

Lire la suite