Zoom couverture
Un véritable polar noir à la française qui se dévore d’une traite !

GARRIGUE, T1
Dessin : Berlion
Scénario : Corbeyran
Editions Dargaud13€

:: L’Histoire ::
medium_9782205061116_1.jpgDans le Sud, une station-service. Deux hommes se croisent par hasard. La surprise est de taille pour l’un des deux lorsqu’il reconnaît cet autre client. Il s’agit d’un homme sensé être mort pour la simple et bonne raison qu’il en est le meurtrier ! Face à cette situation incongrue et pris de panique, il prend la fuite mais sa « victime » bien vivante le prend en chasse et finit par l’assassiner.
medium_9782205061116_2.jpgEllipse, 10 ans plus tard. Un homme, Martial, la cinquantaine, ancien gendarme, découvre par hasard dans la cave de son meilleur ami décédé (Rémi), des documents (carte d’identité, permis de chasse et port d’arme) appartenant à un homme inconnu de lui. Il se souvient que c’est dans cette cave que Martial, Rémi et deux autres complices (René et Frantz) fomentaient leur combine pas très réglo mais plutôt rémunératrice. En effet leur plan consistait à débusquer un couillon de passage dans la région en lui proposant une partie de chasse. La mise en scène était simple : l’un d’entre eux jouait la victime malencontreusement tuée par le pigeon et, afin d’obtenir le silence de ses compagnons de chasse, celui-ci passait à la caisse et déguerpissait vite de là ! Martial couvrant éventuellement l’arnaque grâce à son statut de gendarme…
Jusque là tout avait fonctionné. Jusqu’à ce fameux jour dans cette station service ! Intrigué, Martial ne comprend pas ce que ces documents font encore chez Rémi. D’ailleurs ce dernier lui aurait-il caché certains faits ? A qui appartenaient ces documents ? Y a-t-il un rapport avec leur ancienne combine ?..
Martial décide de mener sa petite enquête et en apprend un peu plus sur son ancien meilleur ami ainsi que sur André et Frantz. Et sur lui-même… Pendant ce temps les travaux de sa future maison, située en pleine garrigue, isolée, n’avancent guère…
sources : Berlion, Corbeyran © Dargaud 2008,

Laissez un commentaire