ANIMAL DU COEUR

La Roumanie sous Ceausescu

Dans ce roman puissant et douloureux, datant de 1994, écrit dans une langue d’une richesse poétique inouïe, on peut aussi lire une interrogation sur la capacité de l’homme à résister à toute forme de normalisation et à sauver son humanité profonde.
Herta Müller, née en 1953 à Nitzkydorf, Roumanie, au sein de la minorité germanophone, vit en Allemagne depuis 1987. Elle est l’auteur de plusieurs romans, récits et essais, et son oeuvre a été couronnée par d’innombrables prix littéraires dont le plus prestigieux, le Prix Nobel de Littérature, en 2009.

Roman de Herta Müller
Editions Gallimard

::L’histoire ::
La Roumanie ploie encore sous la terreur de Ceausescu et de ses services secrets quand la jeune Lola quitte sa province du sud pour s’installer à Timisoara, dans un foyer où elle partage un dortoir avec cinq autres jeunes filles. Elle veut fuir cette misère que la narratrice, une de ses co-locatrices, croit encore lire sur son visage, faire des études, réussir malgré tout. Elle emprunte souvent des vêtements aux autres filles quand elle sort, à la rencontre des hommes, dans le parc. Elle couche aussi avec son professeur de gymnastique. Un jour, on la retrouve pendue dans son placard, avec la ceinture de la narratrice. Pourtant, cette mort misérable ne suffit pas pour la marquer du sceau de l’infamie : Lola sera aussi exclue à titre posthume du parti communiste, lors d’une cérémonie pompeuse. La narratrice retrouve son journal intime dans sa valise, et ne croit plus à la thèse du suicide, tout comme Edgar, Kurt et Georg, avec qui elle forme bientôt un quatuor inséparable. Quand on lui dérobe le carnet de Lola, ce n’est que le début d’une longue série d’interrogatoires et de fouilles dont même l’amitié ne suffit pas à la protéger. La peur et le désespoir sont omniprésents dans sa vie quand elle rencontre ensuite Tereza, une ouvrière en qui elle essaie d’avoir confiance. Jusqu’au jour où cette dernière obtient un permis de voyage en échange d’informations sur elle… « Animal du coeur » dépeint avec une grande force le régime de terreur de Ceausescu et ses conséquences sur de très jeunes vies. La trahison semble la seule échappatoire dans une société broyant tous ceux qui cherchent à échapper à la norme.
sources : © Gallimard 2012

Laissez un commentaire





Pin It on Pinterest

Share This