Un roman surréaliste, drôle et poétique

Le Prix Cœur de France 2012 vient d’être attribué à Gilles Paris pour son roman « Au pays des kangourous ». Ce prix à vocation littéraire récompense un roman accessible au plus grand nombre. Il sera décerné officiellement le samedi 31 mars à 17 heures au salon du livre de Limoges, par les membres du Jury : Mesdames Madeleine Chapsal, Janine Boissard, Ève Ruggieri, Sonia Rykiel, Régine Deforges, Marie-Paule Barruche, et Messieurs Éric Portais et Gonzague Saint-Bris.
« Au pays des kangourous » est un roman surréaliste, drôle et poétique qui raconte la dépression d’un homme à travers le regard de son petit garçon.

Roman de Gilles Paris
Editions Don quichotte

::L’histoire ::
« Ce matin, j’ai trouvé papa dans le lave-vaisselle. En entrant dans la cuisine, j’ai vu le panier en plastique sur le sol, avec le reste de la vaisselle d’hier soir. J’ai ouvert le lave-vaisselle, papa était dedans. Il m’a regardé comme le chien de la voisine du dessous quand il fait pipi dans les escaliers. Il était tout replié sur lui-même. Et je ne sais pas comment il a pu rentrer dedans : il est grand mon papa. » Simon, neuf ans, vit avec son père Paul et sa mère Carole dans un vaste appartement parisien. En fait, le couple n’en est plus un depuis longtemps, la faute au métier de Carole, qui l’accapare. Paul est écrivain, il écrit pour les autres. Carole est une femme d’affaires, elle passe sa vie en Australie, loin d’un mari qu’elle n’admire plus et d’un enfant qu’elle ne sait pas aimer. Le jour où Paul est interné pour dépression, Simon voit son quotidien bouleversé. L’enfant sans mère est recueilli par Lola, grand-mère fantasque et jamais mariée, adepte des séances de spiritisme avec ses amies « les sorcières », et prête à tout pour le protéger. Mais il rencontre aussi l’évanescente Lily, enfant autiste aux yeux violets, que les couloirs trop blancs de l’hôpital font paraître irréelle et qui semble pourtant résolue à lui offrir son aide. Porté par l’amour de Lily, perdu dans un univers dont le sens lui résiste, Simon va tâcher, au travers des songes qu’il s’invente en fermant les yeux, de mettre des mots sur la maladie de son père, jusqu’à toucher du doigt une vérité que l’on croyait indicible.
sources : © Don quichotte 2012

Laissez un commentaire