Le grand élagage de William Boyd

 » Plante une pousse de bambou – coupe du bambou pour le reste de ta vie.  » Voilà un proverbe chinois dont William Boyd a compris l’ineffable sagesse en revisitant la masse de ses articles et chroniques, c’est-à-dire essentiellement ses écrits de journalisme littéraire.

Roman de William Boyd
Editions Seuil

:: L’histoire ::
Muni d’un titre tout trouvé, Bambou, et d’un solide sécateur, Boyd a entrepris un grand élagage dans les millions de mots que, parallèlement à dix romans, recueils de nouvelles et autres scénarios, il n’a pas cessé de s’approprier depuis sa première recension voici près de trente ans. Dans la sélection opérée ici, et qui couvre la période 1978-2004, sont regroupés critiques, commentaires, portraits de  » people  » (ceux sournoisement délectables du duc et de la duchesse de Windsor par exemple), de peintres, d’auteurs (Rousseau, Camus, et son cher Tchekhov) ou bien de villes (Londres, Paris, Montevideo), qui tous témoignent d’une curiosité constamment en éveil et d’une plume généreuse – plume que pourtant l’auteur, si l’on en juge par ses remarquables articles sur l’art et les artistes, semble avoir parfois souhaité remplacer par un pinceau…
: © Seuil 2009

Laissez un commentaire