Un roman à rebondissements, féroce et très drôle

Rythmé, vif, plein d’esprit, d’humour et de tendresse, et absolument impossible à lâcher, « Bernadette a disparu » est un bijou satirique à la composition parfaite.
Maria Semple a vécu son enfance entre l’Espagne et les États-Unis, son père était le scénariste de l’adaptation en série télévisée de Batman. Après des études qui la destinaient à devenir professeur ou écrivain, Maria a reçu une proposition de Hollywood pour un scénario. Elle s’est alors lancée dans l’écriture pour la télévision à Los Angeles, avec de grandes réussites et, de son propre aveu, d’affreux navets… Après son premier enfant, et un déménagement à Seattle, elle s’est lancée dans ce qui la taraudait depuis toujours, un roman. Bernadette a disparu est son deuxième roman… le premier publié en France.

Roman de Maria Semple
Editions Plon

::L’histoire ::
Paralysée par son propre génie, asociale, trop brillante, trop originale et trop angoissée pour la petite ville bien comme il faut où elle a atterri, Bernadette a compris qu’on l’enfermait peu à peu dans une cage dorée. Alors elle a fui Seattle et ses mères de famille exemplaires jamais à court de muffins, son mari, gourou chez Microsoft dont l’esprit trop cartésien ne parvient plus à la comprendre, et son passé glorieux d’architecte visionnaire, montée trop haut trop vite et que la chute a laissée bancale.
Tout a commencé quand Bee, brandissant son bulletin de notes, a réclamé la récompense qu’on lui avait promise : un voyage en famille en Antarctique ! Une idée suffisamment folle et hors norme pour plaire à Bernadette… Si elle n’avait pas développé une agoraphobie telle que la moindre course est une épreuve insurmontable. En cachette, elle a même recruté une assistante virtuelle basée en Inde qui prend en charge la moindre de ses démarches.
C’est un des secrets que Bee découvre en partant à la recherche de sa mère, au milieu d’échanges musclés et souvent comiques avec les voisins, professeurs, anciens collègues… À chaque page le puzzle se dessine, révélant peu à peu l’image émouvante et juste de l’amour inconditionnel d’une fille pour sa mère géniale et imparfaite.
sources : © Plon 2013

Laissez un commentaire