BEST LOVE ROSIE

Un livre magnifique

L’Irlandaise Nuala O’Faolain, auteur notamment de « L’Histoire de Chicago May » (Prix Femina étranger, 2006), hélàs décédée en mai dernier, nous a laissé un livre rare. L’histoire de Rosie, la narratrice, et de Min, sa tante qui l’a élevée, est attachante. L’auteur aborde tous les thèmes qui lui sont chers dont l’amitié, l’âge et la solitude. La lucidité de Nuala O’Faolain, sa tendresse pour ses personnages, font merveille une fois de plus dans ce livre, où l’on suit avec jubilation souvent, le coeur serré parfois, les tribulations de ces deux femmes que lie toute la complexité d’un amour maternel qui ne dit pas son nom.

Roman de Nuala O’Faolain
Editions Sabine Wespieser

:: L’histoire ::
Dans ce roman lumineux, Nuala O’Faolain met en scène une femme généreuse, tourmentée et attachante, qui fait siennes toutes les interrogations de l’écrivain. Best love Rosie est un grand livre sur l’âge, la solitude, l’exil, le sentiment maternel et les chimères de l’amour.
Après avoir vécu et travaillé dans le monde entier, Rosie décide de rentrer à Dublin pour s’occuper de Min, la vieille tante qui l’a élevée. Rien n’a changé dans le quartier populaire où elle a grandi, et la cohabitation avec Min, dépressive et alcoolique, n’a rien d’exaltant. En feuilletant pour sa tante des ouvrages de développement personnel, l’idée vient à Rosie de s’occuper utilement en rédigeant un manuel pour les plus de cinquante ans. Sa seule relation dans l’édition vivant aux États-Unis, elle se frottera, non sans heurts, au marché américain…
Le roman s’emballe quand Rosie voit débarquer à New York la tante Min, qu’elle avait laissée, le temps d’un aller-retour, dans une maison de repos. La vieille dame est galva­nisée par sa découverte de l’Amérique : elle se fait des amies, trouve un travail, et pour rien au monde ne voudrait renouer avec son ancienne vie. Encore moins pour reprendre possession de la maison de son enfance, que l’armée veut lui restituer. Rosie, elle, tombe amoureuse de ce lieu magique de la côte irlandaise, et va, dans une osmose avec la nature enchanteresse et les animaux qu’elle adopte, s’y laisser pousser des racines.
sources : ©Sabine Wespieser 2008

Laissez un commentaire





Pin It on Pinterest

Share This