ILS REVAIENT DES DIMANCHES

Le dernier roman de Christian Signol

Premier volet d’un dyptique consacré à ses grands-parents, cette chronique qui se lit comme un roman est l’histoire de Christian Signol du côté maternel. Histoire d’une famille sur fond de grande histoire (les deux guerres mondiales, etc), « Ils rêvaient des dimanches » est un hommage émouvant à cette petite paysannerie du début du XXe siècle qui a vu ses petits-enfants aller à l’université.

Roman de Christian Signol
Editions Albin Michel

:: L’histoire ::
« Pour la plupart des familles françaises, passées en trois générations de la paysannerie à l’université, le XXe siècle a été un formidable ascenseur social. L’histoire de ma famille maternelle est symbolique de cette évolution, et c’est pourquoi j’ai eu envie de la raconter. Ce que nous sommes aujourd’hui, nous le devons au travail acharné, aux sacrifices, à l’obstination de nos aïeux, de nos parents qui ont lutté pour que leurs enfants, leurs petits enfants, un jour, vivent mieux. Leur vie sur une terre que souvent ils ne possédaient pas était rude, difficile : ils rêvaient des dimanches pour prendre enfin un peu de repos, leur seule récompense avec le pain de chaque jour. Nombreux seront ceux qui se reconnaîtront dans ces pages où s’exprime avant tout la gratitude que nous devons à ces hommes et ces femmes humbles et courageux ».
Fils naturel d’un jeune châtelain et d’une servante qui l’a mis en nourrice avant de s’enfuir à Paris, Germain n’apprendra le secret de sa naissance que le jour du décès de son père. Il a sept ans quand Eugénie, sa mère, revient au pays. Elle n’a rien oublié de son humiliation et en rachetant avec ses économies les dettes d’un homme plus âgé qu’elle, cette femme de tête s’offre un mari, une respectabilité, un toit et un lopin de terre et surtout, elle offre un nom à son fils. La vie est rude sur le Causse et, à la naissance d’un nouvel enfant, ses parents sont contraints de placer Germain. La dureté de la vie de paysan poussera le garçon à devenir apprenti boulanger. Un choix qu’il ne regrettera jamais.
sources : © Albin Michel 2008

Laissez un commentaire





Pin It on Pinterest

Share This