Les souvenirs du traqueur de l »Inestimable »

Une légende vivante, selon le Wall Street Journal, Robert K. Wittman est le fondateur de la division du FBI en charge de la délinquance dans le monde de l’art. Avec ce livre, best-seller dès sa parution aux États-Unis, il lève le rideau pour la première fois sur un milieu où les secrets sont bien gardés.

Essai de John Shiffman, Robert K Wittman
Editions Sonatine

::L’histoire ::
De Miami à Rio, en passant par Copenhague, Madrid ou Paris, Robert K Wittman a collaboré avec les gouvernements du monde entier pour infiltrer les trafiquants d’art, et dévoiler les marchés parallèles et souterrains où s’échangent des Monet, des Rodin, des Picasso volés. Il nous fait ainsi entrer au coeur même d’un univers insoupçonné, où se côtoient réseaux organisés et voleurs à la tire, diplomates de haut rang et experts internationaux, mafias et collectionneurs. Parmi les nombreux dossiers évoqués ici, Robert K Wittman revient en particulier sur ce qui est considéré comme l’un des plus grands cambriolages du siècle, le vol d’une douzaine de toiles de maître au musée Gardner de Boston. Il raconte comment, se faisant passer pour un riche collectionneur d’art intéressé par deux des tableaux volés, un Rembrandt et un Vermeer, il est entré en contact avec deux
intermédiaires français qui l’ont mené sur la piste de la mafia corse. Une aventure ahurissante à laquelle est notamment lié le vol de quatre toiles de maître au musée des Beaux-Arts de Nice en 2008.
sources : © Sonatine 2011

Laissez un commentaire