IPHIGENIE VANDERBILT

Une remarquable fresque sur la tolérance

Sur quatre décennies, ce livre retrace la vie de deux familles, les Lebleu (côté français) et les Vanderbilt (côté américain), liées par un mariage. On suit l’évolution de la société, des mentalités et de l’histoire vue par un milieu bourgeois.

Roman de Eric Deschodt
Editions Robert Laffont

::L’histoire ::
 » Henri était fiancé. Il avait vingt-quatre ans. Il sortait de Polytechnique. Il devait se marier dans un an. Les ingénieurs se marient souvent de bonne heure, surtout s’ils sont militaires. « Le mariage est un pari que je ne voudrais pas perdre, reprit Henri sombrement. – Qui le voudrait ? Qui veut perdre aucun pari ? dit Mathilde. – Il faut limiter les risques…, dit Henri. L’intuition ne suffit pas. – Tout le monde peut se tromper. – Maman n’a pas tort, Henri, on peut prendre des précautions. – Précautions, quel mot affreux ! – Ne jamais épouser une Américaine, par exemple. » La fiancée d’Henri était américaine.  » Nous sommes à Paris, en mai 1968. Henri Lebleu, élève de Polytechnique, fait la rencontre d’Iphigénie Vanderbilt, une jeune beauté américaine éprise de littérature française. Un an plus tard, les deux amants décident de se dire  » oui  » pour la vie. Chronique drôle et enthousiaste, « Iphigénie Vanderbil »t retrace quarante ans d’histoire franco-américaine comme on tourne les pages d’un album de famille. En fin observateur des moeurs contemporaines, Eric Deschodt livre, dans cette chronique du temps qui passe, une remarquable fresque sur la tolérance.
sources : ©Robert Laffont 2011

Laissez un commentaire





Pin It on Pinterest

Share This