J’AURAIS VOULU ÊTRE EGYPTIEN

Une galerie de portraits de l’Egypte contemporaine

Fils de Abbas Al-Assouani, avocat et écrivain, Alaa El-Aswany, né en 1957, exerce le métier de dentiste dans le centre du Caire. Il parle français, anglais et espagnol, mais c’est un authentique Egyptien populaire, enraciné dans la terre noire de la vallée du Nil, de la même veine que Naguib Mahfouz. Il a publié en 1990, au retour d’un séjour d’études aux Etats-Unis, un premier recueil de nouvelles remarqué, puis un second en 1998. Porté à l’écran par Marwan Hamed en 2006, son « Immeuble Yacoubian » (Actes Sud, 2006 et Babel n° 843) est devenu un phénomène éditorial dans le monde entier.

Nouvelles de Alaa El Aswany
Editions Actes Sud

:: L’histoire ::
« Si je n’étais pas né égyptien, j’aurais voulu être égyptien », la célèbre citation de Mustapha Kamel donne le ton de ce recueil : voici l’Egypte placée sous le feu d’un écrivain amoureux de son pays et qui, par le détour de la fiction, fait apparaître les turpitudes et les contradictions d’une société à la dérive. Interdit de publication par l’Office du livre, pour cause d’insulte à l’Egypte, le premier de ces récits, « Celui qui s’est approché et qui a vu », donne précisément à voir un monde où règnent les faux-semblants et l’hypocrisie. Par une cinglante et implacable ironie, pour décrire des êtres prisonniers de l’obscurantisme et de l’arbitraire, l’auteur fait exister sous nos yeux des personnages singuliers qui évoquent l’univers d’un Dostoïevski à l’ombre des pyramides. Tendres et cruels, ces récits foisonnent de figures magnifiques qui nous font pénétrer un monde où l’imaginaire laisse une empreinte vive dans ce que nous croyons être le réel.
sources : © Actes Sud 2009

Laissez un commentaire





Pin It on Pinterest

Share This