LA CONSOLANTE

Le nouveau roman d’Annie Gavalda

Depuis son premier livre de nouvelles, « Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part » à « Ensemble c’est tout », Annie Gavalda n’a écrit que des best-sellers et séduit toutes les générations. Son secret tient dans des histoires au quotidien, des personnages bien croqués et le sentiment que le malheur ne l’emportera pas.

Roman de Annie Gavalda
Editions Le Dilettante

:: L’histoire ::
Dans « La consolante », le héros, Charles Balanda, architecte de 47 ans, apprend la mort de la mère d’un camarade d’enfance. Cette nouvelle provoque un électrochoc. Qu’a-t-il fait de sa vie? N’est-il pas en train de passer à côté?
« Il déchire la lettre et la jette dans la poubelle de la cuisine. Quand il relève son pied de la pédale et que le couvercle retombe, clac, il a l’impression d’avoir refermé, à temps, une espèce de boîte de Pandore, et, puisqu’il est devant l’évier, s’asperge le visage en gémissant.
Retourne ensuite vers les autres. Vers la vie. Se sent mieux déjà. Allez… C’est fini.
C’est fini, tu comprends ?»
Le problème, c’est que non, il ne comprend pas. Et il n’y retourne pas, vers la vie. Il perd l’appétit, le sommeil, abandonne plans et projets et va essayer de comprendre pourquoi tour se fissure en lui; Et autour de lui. Commence alors un long travail de deuil au bout duquel il est obligé de se rendre à l’évidence : l’échelle de cette vie-ci est illisible et il faut tout rebâtir.» A.G. .

sources : © Le Dilettante 2008

Laissez un commentaire





Pin It on Pinterest

Share This