Marie, reléguée en enfer

En lisant le reportage sur les horreurs du bagne de Cayenne publiées en 1924 par Jack London, Bernadette Pécassou-Camebrac aperçoit Marie Bartête, une bagnarde originaire du Béarn, comme elle-même. Elle reconstruit son trajet et a replacé son personnage dans le contexte historique qui fut son quotidien.

Roman de Bernadette Pécassou-Camebrac
Editions Flammarion

::L’histoire ::
Marie Bartête, sans être une criminelle, est envoyée au bagne à 25 ans pour conduite et moralité détestables. Cette orpheline mariée à 15 ans, veuve à 20 ans, est l’une des reléguées de Guyane, où elle subit la condition des femmes-forçats encadrées par les bonnes soeurs du Couvent de Saint-Laurent du Maroni. Albert Londres lui rendit visite en 1923 et relata son entretien dans «Au bagne».
sources : © Flammarion 2011

Laissez un commentaire