Une belle histoire

Eowyn Ivey a grandi en Alaska où elle vit toujours avec son mari et leurs deux filles. Cette ancienne journaliste, devenue libraire, aime à se définir comme une entremetteuse, qui présente des livres aux lecteurs. La fille de l’hiver est son premier roman, inspiré d’un conte russe, mais aussi de ses expériences personnelles et de son cadre de vie.

Roman de Eowyn Ivey
Editions 10/18

::L’histoire ::
Mabel et Jack se sont installés il y a peu sur le territoire d’Alaska. Pourquoi une région si isolée, au climat si rude, à 50 ans ? Parce qu’ils ont perdu leur bébé il y a des années de cela et que le chagrin et le désir d’enfant qui les tenaillent encore ont tendance à les séparer l’un de l’autre. Pour eux, l’Alaska c’est l’opportunité de changer d’air, de repartir de zéro, de se retrouver enfin. Mais au milieu de cette immensité, le bonheur n’est malheureusement pas au rendez-vous. Tandis que Jack s’échine toute la journée aux champs, Mabel dépérit d’ennui dans leur cabane en bois. Et puis dans un moment d’insouciance, aux premiers jours de l’hiver, le couple sculpte un bonhomme de neige ou plutôt, une petite fille de neige. Le lendemain, ils la retrouvent fondue, les moufles et l’écharpe que Mabel lui avais enfilées ont disparu, de petites empreintes de pas partent en direction de la forêt. À compter de ce jour, Mabel et Jack surprennent, de temps en temps, une petite fille près de leur cabane. Qui est-elle ? D’où vient-elle ? Que fait-elle dans la forêt avec son renard roux ? Et puis soudain, Mabel se remémore un livre de son enfance. Un conte que son père lui lisait petite. L’histoire d’un vieux couple sans enfant qui sculpte une petite fille de neige… qui prend vie. Fantasme ou réalité ? Hallucination ou miracle ? La fillette pourrait bien se révéler la clé de ce bonheur qu’ils n’attendaient plus.
sources : © 10/18 2013

Laissez un commentaire