LA FILLE DU FOSSOYEUR

Un roman extraordinaire

Joyce Carol Oates, née en 1938, est l’auteur d’une œuvre considérable qui l’a placée au premier rang des écrivains contemporains. Elle a reçu le prix Femina étranger en 2005 pour « Les Chutes ». L’apprentissage des hommes, du mariage, de la maternité, le combat d’une femme pour son indépendance dans la société américaine de l’après-guerre font de ce livre le plus magnifique des hymnes à la survie et à la résilience humaine.

Roman de Joyce Carol Oates
Editions Philippe Rey

:: L’histoire ::
En 1936, une famille d’émigrants fuyant désespérément l’Allemagne nazie, les Schwart, échoue dans une petite ville du nord de l’état de NY où le père, un ex-professeur de lycée ne se voit offrir qu’un seul job : celui de fossoyeur-gardien de cimetière. Humiliation, pauvreté, frustrations quotidiennes portent en elles les germes de l’épouvantable tragédie dont Rebecca la benjamine des trois enfants sera le témoin. Prémices de l’étonnante aventure à multiples rebonds que va devenir très vite la vie de Rebecca, contrainte à une fuite en avant pour échapper entre autres à un mari abusif et dangereux, et protéger son petit garçon ; mais une fuite qui est aussi une quête émouvante née du désir profond, quoique inconscient chez la jeune femme, de retrouver une sorte d’appartenance à ce même cruel passé, de se rattacher en fin de compte à sa véritable identité. Ce que le destin ne lui permettra qu’au terme d’une existence d’intranquillité.
Peut-être l’inspiration exceptionnelle qui anime ces pages est-elle due en partie à Blanche Morgensten, la grand-mère de l’auteur, qui a servi au départ de modèle à l’héroïne. Comme Rebecca en effet, Blanche était la fille d’un immigrant juif allemand devenu fossoyeur qui, un beau jour, attaqua brutalement sa femme avant de se tirer une balle dans la tête. Et comme Rebecca, Blanche mariée en premières noces à un ivrogne qui la battait, s’était retrouvée seule à élever son fils, le père de JCO. Le reste de cet extraordinaire roman n’étant plus alors que (superbe) littérature…
sources : ©Philippe Rey 2008

Laissez un commentaire





Pin It on Pinterest

Share This