LA FORÊT DES MÂNES

Un bon Grangé

Du « Vol des cigognes à Miserere », un auteur de thrillers uniques, régulièrement adaptés au cinéma. Jean-Christophe Grangé est le seul romancier français capable de rivaliser avec les maîtres internationaux du genre, traduit dans une trentaine de langues. « La forêt des mânes est le huitième roman de Jean-Christophe Grangé et ultime volet de sa triologie sur les origines du Mal, commencée avec « La Ligne Noire » puis « Le Serment des Limbes’.

Roman de Jean-Christophe Grangé
Editions Albin Michel

:: L’histoire ::
A Paris, Jeanne Korowa, brillante juge d’instruction à la vie affective désastreuse, enquête avec François Taine sur une série de meurtres particulièrement sauvages : démembrements, cannibalisme, et mises en scène macabres. Trois plantureuses Vénus atrocement dévorées, trois tableaux sanglants entre rituel et folie. Abusant de son autorité, Jeanne fait installer des micros dans le cabinet d’Antoine Féraud, le psychanalyste qui reçoit chaque semaine son ex petit ami, et tombe par hasard sur une séance étrange où un père révèle les pulsions sanguinaires de son fils autiste et son passage à l’acte. Autisme, fécondité, préhistoire : trois pistes qui mèneront Jeanne, au Nicaragua, au Guatemala, puis dans les marais argentins. Au terme de sa quête, dans la forêt des Mânes, elle découvrira une vérité qu’on aurait préféré ne jamais connaître.
sources : © Albin Michel 2009

Laissez un commentaire





Pin It on Pinterest

Share This