LA GRANDE NAGEUSE

La mer réunit ou sépare-t-elle ceux qui s’aiment ?

La mer est une éternelle source d’inspiration pour Olivier Frébourg. C’est un auteur élégant, mais aussi lucide : il sait que les amours s’éteignent et que la mer, enchanteresse mais cruelle, ne peut guérir toutes les blessures.

Roman de Olivier Frébourg
Editions Mercure de France

::L’histoire ::
Cet été là, nous nous retrouvâmes plusieurs fois sur la plage du Fort Neuf. Une femme se révèle le matin au réveil et à la sortie du bain. C’est là où on voit la vérité des os. Son corps long et droit se dépliait en dos crawlé quand elle partait nager seule au-delà des voiliers mouillés à l’ancre. Après une heure de natation, je la voyais sortir le corps ruisselant, fortifié par l’Atlantique, les jambes légèrement tremblantes, le visage enfin souriant. Elle s’étendait sur une serviette toujours de couloir noire ou ardoise. Elle lut cet été-là Cicéron, Des termes extrêmes des biens et des maux ; je revois très bien la couverture rouge du livre qui l’absorbait : c’était une lecture bien sérieuse pour la plage. Je profitais de ces moments pour crayonner dans mon carnet des croquis de ses jambes et de ses pieds. Originaires de Bretagne, Marion et le narrateur se connaissent depuis l’enfance. Marion a aussi des ascendances vietnamiennes et un corps à la beauté indolente. Tous les deux ont la même passion pour l’océan. Lui est marin, elle une nageuse silencieuse qui goûte un plaisir sensuel à avaler les kilomètres. Ils fondent une famille. Mais le narrateur aspire à d’autres horizons : il nourrit une passion de plus en plus vive pour la peinture. De son côté, Marion passe de plus en plus de temps au fond l’eau. La mer réunit ou sépare-t-elle ceux qui s’aiment ?
sources : Mercure de France 2014

Laissez un commentaire





Pin It on Pinterest

Share This