LA LEGENDE DE NOS PERES

Le pacte de mémoire

Journaliste de talent récompensé par le prix Albert Londres en 1988 pour ses reportages sur l’Irlande du Nord et le procès Klaus Barbie Sorj Chalandon a publié « Le petit Bonzi » (2005), « Une promesse » (2006, Prix Médicis) et « Mon Traître » (2008).

Roman de Sorj Chalandon
Editions Grasset

:: L’histoire ::
Après avoir été journaliste à la Voix du Nord, Marcel Frémaux est devenu biographe familial.  » Toute vie mérite d’être racontée « , disent ses publicités, et c’est pour cela que ses clients se confient à lui. Il les écoute, met en forme leurs souvenirs, les rédige puis fait imprimer un livre destiné aux amis ou au cercle familial.
Un matin, Lupuline Beuzaboc se présente au biographe.
Tescelin, le père de Lupuline, ancien cheminot du Nord de la France, était un Résistant, un partisan de l’Armée des ombres. Dédaigneux des hommages, il n’a raconté sa bravoure qu’à sa fille. Alors, pour ses 85 ans, Lupuline veut offrir à son père les mémoires de son combat. Elle veut ramener son passé glorieux en pleine lumière. Le vieil homme est réticent. Embarrassé. En colère même de tout ce tapage. Et puis il accepte.
Marcel Frémaux va s’atteler à cet ouvrage avec passion. Pierre Frémaux, son père, fut un Résistant. Comme le vieux Beuzaboc, un partisan de l’Armée des ombres, silencieux et dédaigneux des hommages. Mais son père n’a jamais rien raconté. Et il est mort, laissant son fils sans empreinte de lui. En écoutant Beuzaboc, c’est son père que le biographe veut entendre. En retraçant sa route, il espère enfin croiser son chemin. Mais rien ne se passe comme il le pensait. Et plus Beuzaboc raconte, plus le doute s’installe. C’est par une poignée de mains, que le biographe et le vieil homme avaient scellé leur pacte de mémoire. Ensemble, ils franchiront les portes de l’enfer.
sources : © Grasset 2009

Laissez un commentaire





Pin It on Pinterest

Share This