La tragédie du Moyen-Orient

Avec une rigueur remarquable et sans porter de jugement sur aucun des deux camps, Sandy Tolan, (qui enseigne le journalisme à l’université de Californie du Sud etest spécialiste du Moyen-Orient), parvient à faire comprendre au lecteur qu’il n’y a là ni bons ni méchants, seulement des êtres humains. Le livre qu’il faut lire pour comprendre, sans préjugés, la tragédie du Moyen-Orient.

Roman de Sandy Tolan
Editions Flammarion

::L’histoire ::
Israël, 1967. Dans la ville d’al-Ramla, un jeune Palestinien, Bashir Khairi, frappe à la porte d’une vieille bâtisse de pierre flanquée d’un citronnier. C’est la maison dans laquelle il a grandi ; il est revenu voir le cadre de son enfance, dix-neuf ans après que sa famille a fui précipitamment, au moment de la première guerre israélo-arabe. Bashir est accueilli par Dalia Eshkenazi, une jeune Israélienne ; la famille de la jeune femme vit dans l’ancienne demeure des Khairi depuis qu’elle a quitté la Bulgarie pour Israël en 1948. Sur le seuil de leur maison commune, Dalia et Bashir nouent malgré tout ce qui les sépare une amitié profonde, qui survivra à quatre décennies du conflit le plus âpre au monde.
C’est l’histoire de ces deux familles, qui existent réellement, que raconte Sandy Tolan. Et en narrant le contexte dans lequel se déroule la vie des Eshkenazi et des Khairi, il peint une fresque saisissante des destins intriqués d’Israël et de la Palestine au XXe siècle.
sources : © Flammarion 2011

Laissez un commentaire