Un très beau premier roman sur l’exil

Kéthévane Davrichewy est née à Paris en 1965 dans une famille géorgienne. Après avoir publié de nombreux ouvrages pour la jeunesse et un premier roman en 2004 (Tout ira bien, Arléa), elle a puisé dans la mémoire familiale et l’expérience de l’exil vécue par ses grands-parents la matière de « La Mer noire ». Un portrait élégant et sans pathos d’une femme toujours habitée par la joie et le désir malgré les deuils et les déchirements de l’histoire.

Roman de Kéthévane Davrichewy
Editions Sabine Wespieser

:: L’histoire ::
En ce jour anniversaire de ses quatre-vingt-dix ans, la première pensée de Tamouna est pour Tamaz, son amour de jeunesse. Cet homme, qu’elle a rencontré l’été de ses quinze ans à Batoumi, et qu’elle n’a cessé d’attendre, devrait être le quarante et unième convive de la fête familiale qui se prépare. La longue journée anniversaire est comme la métaphore de la vie de Tamouna. Entourée des siens, elle a laissé ouverte la vanne des souvenirs, et peu à peu, l’image de la doyenne qu’elle est devenue se superpose à celle de la jeune fille exilée. L’arrivée tardive de Tamaz en éternel amoureux achève de créer le trouble.
: © Sabine Wespieser 2010

Laissez un commentaire