Un roman-vrai

Un journaliste en rupture de ban et en cours de divorce, erre autour du mystérieux suicide de Luigi Tenco, l’amant de Dalida. Des destins qui s’entrecroisent. Et Dalida, à contre-jour de sa légende.

Roman de Philippe Brunel
Editions Grasset

::L’histoire ::
Mais on n’a jamais retrouvé trace du projectile. Pour-quoi avoir ramené la dépouille de Tenco de la morgue au Savoy où les policiers l’avaient redéposé dans sa chambre et dans son propre sang « comme ils l’avaient trouvé », sur le dos, au pied de son lit ? Dalida a-t-elle assisté à la scène macabre ? Etaient-ils vraiment amants ? Ou les acteurs con-sentants d’une « picture story » orchestrée par la presse ? Pourquoi Dalida quitte-t-elle San Remo dans la nuit, au terme d’un interrogatoire sommaire ? Que craignait-elle ? Comment expliquer son absence aux obsèques de Tenco dont elle avait porté le deuil en France? Et que faisait sur les lieux son ancien mari et impresario, Lucien Morisse qui se suicidera trois ans plus tard, à Paris, avec un Walther PPK, une arme identique à celle de Tenco ? Fallait-il y voir un signe ?
Des années plus tard, le narrateur interroge les lieux et les rares témoins de cette tragédie qui le renvoie à l’Italie puritaine des années soixante. Mais surtout à ses propres fantômes ? « Qu’est-ce que la gloire ? Sinon l’autre face de la persécution ?
sources : ©Grasset 2012

Laissez un commentaire