La douleur d’être « l’autre fille »

Annie Ernaux inaugure la nouvelle collection « les affranchis » dont la ligne éditoriale est de demander à l’auteur d’écrire » la lettre qu’il n’a jamais ecrite »…Ici, l’auteur s’adresse à sa soeur, morte 2 ans avant sa naissance, dont elle apprend l’existence par hasard. Un texte touchant.

Roman de Annie Ernaux
Editions Nil

::L’histoire ::
Mais même le silence contribue à forger un récit qui donne des contours à cette petite fille morte. Car forcément, elle joue un rôle dans l’identité de l’auteur. Les quelques mots, terribles, prononcés par la mère ; des photographies, une tombe, des objets, des murmures, un livret de famille : ainsi se construit, dans le réel et dans l’imaginaire, la fiction de cette « aînée » pour celle à qui l’on ne dit rien. Reste à savoir si la seconde fille, Annie, est autorisée à devenir ce qu’elle devient par la mort de la première. Le premier trio familial n’a disparu que pour se reformer à l’identique, l’histoire et les enfances se répètent de manière saisissante, mais une distance infranchissable sépare ces deux filles. C’est en évaluant très exactement cette distance que l’auteur trouve le sens du mystère qui lui a été confié un dimanche de ses dix ans.
sources : © Editions Nil 2011

Laissez un commentaire