Un grand roman du prix Nobel de la Paix

Né en Roumanie, déporté à quinze ans au camp d’Auschwitz, puis à Buchenwald où il perd ses parents et sa soeur, Elie Weisel vécut après sa libération en France où il étudia la philosophie avant de devenir journaliste puis écrivain aux Etats Unis et en Israël. Son oeuvre est largement marquée par son expérience de l’univers concentrationnaire et la défense de la mémoire. Elie Wiesel est l’auteur d’une œuvre littéraire très riche, forte d’une quinzaine de romans et récits, de quarante titres publiés, traduits dans plus de vingt langues. Le prix Nobel de la Paix lui a été décerné en 1986.

Roman de Elie Wiesel
Editions Grasset

:: L’histoire ::
Jeune journaliste, Yedidyah évolue dans la rédaction d’un quotidien new-yorkais, avec ses intrigues et ses fidélités. Critique théâtral, époux d’une actrice, il participe de la comédie new-yorkaise. Les succès éphémères, les gloires oubliées : rien n’est plus joyeux qu’une nouvelle étoile, rien n’est plus mélancolique que son crépuscule. Mais voilà qu’on demande un jour à Yedidyah de « couvrir » le procès d’un certain Werner Sonderberg. L’accusé, jeune Allemand résidant aux Etats-Unis, est parti se promener avec son vieil oncle, visiteur de passage, dans les montagnes des Adirondacks. Le neveu en est revenu seul. Coupable ou non coupable ? Cette affaire déclenche en Yedidyah d’étranges et puissants échos. Sentant qu’il se heurte à un secret familial, il tente de sonder sa propre mémoire. Qui est-il vraiment ? Comment retrouver les visages disparus d’un père, d’une mère, d’un frère ? Offre de mission clandestine en Israël, épisodes de l’Occupation et de l’après-guerre, camaraderie de combat et désillusions : tout s’enchevêtre dans sa conscience. Le voilà guetté par la folie. Il a recours à l’hypnose pour retrouver les images de sa petite enfance, faire la paix avec lui-même et avec « une histoire qui, jusqu’à la fin des temps, fera honte à l’humanité ».
sources : ©Grasset 2008

Laissez un commentaire