La croisière s’amuse

René Dalizé, né en en 1879, est l’aîné et le plus proche ami d’Apollinaire, qui lui a dédié « Calligrammes ». Il avait publié en 1912, un pittoresque roman-feuilleton. Le voici pour la première fois en volume. Incorporé en 1914, René Dalizé meurt en mai 1917.

Roman de René Dalize
Editions L’Arbre Vengeur

::L’histoire ::
 » Notre ami Mercoeur doit donc partir – je puis vous le dire – à la recherche d’un enfant perdu. Mais il est bien évident qu’il ne saurait accomplir cette randonnée par les moyens affreux du commun des mortels, surtout en ces temps de panique et de peste universelles… Mercoeur en est incapable…  » Réunis au sein d’un club qui a érigé la neurasthénie en mode de vie, une poignée de résistants aux conventions, snobs parisiens qui ont renoncé à trouver un sens à l’existence, vont s’embarquer dans une expédition à laquelle rien ne les préparait. Animés par la plume malicieuse de l’un des plus brillants espoirs littéraires fauchés par la Grande Guerre, ils deviendront les héros improbables d’un roman qui joue d’humour et d’exotisme pour mieux nous emmener dans les grandes prairies de la fiction chères à Stevenson, Verne ou Conrad. Inédit en volume, ce livre découvre enfin ses charmes, un siècle plus tard, mais point trop tard.
sources : © L’Arbre Vengeur 2013

Laissez un commentaire