Un monstre ordinaire

Une épopée picaresque, traitant l’Holocauste avec la verve, l’ironie et l’humour noir de « Fuck America »… Il a fallu attendre près de quarante pour bénéficier de cette traduction du livre de Edgar Hilsenrath écrit en 1971 « Le Nazi et le Barbier », publié en Amérique car refusé en Allemagne jusqu’en 1977. Né en Allemagne, Edgar Hilsenrath a connu les ghettos durant la guerre, avant de partir pour Israël, puis pour New York. Toute son oeuvre s’inspire de cette expérience, mais sur un mode burlesque et satirique.

Roman de Edgar Hilsenrath
Editions Attila

:: L’histoire ::
Max Schultz a les cheveux noirs, des yeux de grenouille, le nez crochu, les lèvres épaisses et les dents gâtées. Tout le monde le prend pour un juif. Enfant bâtard, mais ‘aryen pur souche’, battu, violé et humilié durant son enfance, il grandit avec Itzig Finkelstein, le fils du coiffeur juif Chaim Finkelstein ; ils sont les meilleurs amis du monde. En 1932, Max assiste à un discours de Hitler, en compagnie de tous ceux qui, un jour ou l’autre, ont pris un coup sur la tête, ‘que ce soit de Dieu ou des hommes’ . Il s’enrôle alors dans les SA, puis dans les SS, où il connaît une promotion foudroyante. Durant la guerre, il est responsable d’un camp de concentration en Pologne où disparaissent son ami et toute la famille Finkelstein. Recherché, après la guerre, comme criminel de guerre, il tente de se faire passer pour juif et y parvient. Endossant l’identité de son ami Itzig, il devient un sioniste prosélyte, traversant l’Europe à pied pour rejoindre la Palestine, où il commence à enseigner les textes sacrés.
: © Editions Attila 2010

Laissez un commentaire