LE PRISONNIER

Un huit-clos rythmé

Dans un hameau, le face-à-face entre une institutrice et un fugitif blessé. Avec ce huit-clos, Anne Plantagenet (auteur de romans, de biographies et de nouvelles), nous offre un récit haletant où bourreau et victime se confondent.

Roman de Anne Plantagenet
Editions Stock

:: L’histoire ::
Les hommes sont arrivés chez Julia en pleine nuit. Ils se sont présentés à plusieurs, cinq, six, elle n’est plus très sûre, ils ont tambouriné à sa porte comme des forcenés et ils ont dit tu dois venir l’institutrice, tout de suite, on a arrêté Papa, il est là, à deux pas, il faut que tu lui apportes à manger et que tu le nettoies un peu, tu sais, il n’est pas beau à voir, allez viens. C’était au milieu du noir et c’est ce qu’ils ont dit, braillé, grogné même, tu dois venir l’institutrice, avec des gestes paniqués, implorants. Voilà comment ça s’est passé. Les gars étaient fous, leurs yeux brillaient de fièvre, on aurait cru qu’ils avaient vu le diable. Julia ne comprenait pas leur effroi et pourquoi elle-même, comme elle l’éprouvait avec gêne, s’en trouvait atteinte. La traque de Papa qui maintenait tout le monde en alerte depuis des mois ne l’intéressait pas.
sources : © Stock 2009

Laissez un commentaire





Pin It on Pinterest

Share This