LE REMPLACANT

Un « remplaçant » irremplaçable

Agnès Desarthe est née en 1966 à Paris. Elle publie son premier roman, « Quelques minutes de bonheur absolu », aux Éditions de l’Olivier en 1993. « Un secret sans importance » obtient le prix du Livre Inter 1996. Son dernier roman, « Mangez-moi », paru en 2006, a connu un très grand succès en France, aux Etats-Unis et en Allemagne.
Dans son nouveau roman, « Le remplaçant » elle brosse un portrait de son grand-père de remplacement avec une plume remplie d’amour.

Roman de Agnès Desarthe
Editions de L’Olivier

:: L’histoire ::
« Peut-être ferais-je mieux de commencer par expliquer que mon grand-père n’est pas mon grand-père. Bouz, Boris, Baruch n’est pas le père de ma mère. Le père de ma mère a été tué à Auschwitz en 1942. B.B.B. – appelons-le ainsi, pour faire plus court – est l’homme avec qui ma grand-mère, la vraie, a refait sa vie… si l’on peut dire. » Né en Moldavie, province tour à tour roumaine et soviétique avant d’être partiellement annexée par l’Ukraine, B.B.B. traverse le siècle sans déranger personne. Occupant cette place laissée vacante, il joue un rôle à la fois discret et nécessaire. Lui, le « remplaçant », est devenu irremplaçable. En confrontant son image avec celle du pédagogue polonais Janusz Korzack, directeur de l’orphelinat du ghetto de Varsovie, Agnès Desarthe trace le portrait de son anti-héros favori.
sources : © Eds de L’Olivier 2009

Laissez un commentaire





Pin It on Pinterest

Share This