LE VERSANT FEROCE DE LA JOIE

L’expérience des limites

Mort en 2009, à 34 ans, des suites du dopage, broyé par le monde de la course, qui l’avait tant fêté, Frank Vandenbroucke – « l’enfant terrible du cyclisme belge » – est un « échappé », repoussant toujours la limite de l’effort, jusqu’au bout du souffle. Après avoir été lui-même coureur et avoir rencontré plusieurs fois VDB, Olivier Haralambon s’est orienté vers des études de philosophie et le journalisme. Son roman est un voyage au bout de l’extrême en quête de ce frère – de ce double ? – foudroyé.

Roman de Olivier Haralambon
Editions Alma Editeur

::L’histoire ::
Né dans une famille de cyclistes, Frank Vandenbroucke est un gamin du Hainaut dont la vie a été façonnée pour et par le vélo. Au seuil de l’an 2000, après un parcours turbulent, il est 3ème coureur mondial. Mais il ne résiste pas au dopage qui ne cesse de s’étendre dans le cyclisme professionnel. Dès lors sa carrière est émaillée de poursuites judiciaires et d’exclusions.  » VDB  » tente plusieurs retours, s’épuise en compétitions souvent sanctionnées d’abandons ou d’échecs. Suicides manqués, drogue, déboires amoureux : tout se conjugue contre lui malgré son brio et l’admiration que lui portent ses pairs. Il meurt brusquement à 34 ans, physiquement brisé. Olivier Haralambon, lui aussi enfant du Nord et du cyclisme, a été fasciné par VDB. Menacé lui aussi dans sa santé par le dopage et la tension psychique d’un sport devenu de moins en moins sportif, il quitte le cyclisme pour suivre des études de philosophie et se confronter à l’écriture qui l’a toujours attiré. Vandenbroucke est un exercice d’admiration, un retour au cœur du peloton, mais aussi un travail littéraire sur le double et l’expérience des limites.
sources : © Alma Editeur 2014

Laissez un commentaire





Pin It on Pinterest

Share This