Un trésor épistolaire

Déporté à la fin de la guerre, Lev croupit dans un camp du Goulag. Svetlana, la femme de sa vie est à Moscou. Pendant 14 ans, grâce à toutes sortes de complicités, ils vont échanger une correspondance amoureuse inouïe, qui forme la trame de ce récit.

Essai de Orlando Figes
Editions Presses De La Cite

::L’histoire ::
Voici une histoire d’amour comme on en connaît peu. Dans les années trente à Moscou, Lev et Svetlana se rencontrent et s’aiment. Ils seront séparés quatorze années durant, par la guerre puis par le Goulag, puisque Lev y sera déporté. Leur amour leur permettra de surmonter ces épreuves, et ils laisseront derrière eux un incroyable trésor : mille cinq cents lettres écrites alors que Lev luttait pour sa survie.
Cette correspondance magnifique, non censurée, échangée grâce à toutes sortes de complicités, nous introduit de plain-pied dans l’intimité des amants pris dans la tourmente. Les lettres de Svetlana témoignent de sa constance, de son espoir, et racontent sa vie terne et grise dans le Moscou d’après-guerre. Lev, pour sa part, se montre tendre, rassurant, mais on sent sa volonté de laisser une trace indélébile de son calvaire. A ce jour, ses lettres sont le seul témoignage connu rédigé à l’intérieur même d’un camp, sur le vif.
sources : © Presses De La Cite 2012

Laissez un commentaire