Un savoureux bal des Bourgeoises

Dans ce roman en grande partie autobiographique, Sylvie Ohayon se livre en racontant les drames et les espoirs de ces bourgeoises qu’elle a rencontrées dans sa vie. A travers ses portraits au vitriol, l’écrivain comprend que la bourgeoisie est davantage un mode de fonctionnement poli qu’une oasis de bonheur. Derrière les bijoux et les sacs Chanel se cachent souvent une grande détresse, un manque d’amour certain. Finalement, Sylvie Ohayon les critique, les bouscule, les insulte parfois mais on sent aussi qu’elle les aime… ses bourgeoises. Un roman dont la dureté de certains mots n’arrive pas à masquer l’infinie tendresse qui se trouve derrière.

Roman de Sylvie Ohayon
EditionsRobert Laffont

::L’histoire ::
Comment s’intégrer en « Bourgeoisie » quand on est une petite banlieusarde de la Courneuve ? Comment avoir une vie matérielle stable et rangée dans la plus belle capitale du monde alors qu’on vit dans une forme de chaos permanent de l’autre côté du périphérique ? Lili, qui n’a jamais froid aux yeux et qui veut aussi sa part du gâteau, va choisir sa méthode : observer à la loupe telle une entomologiste celles qu’on lui a appris jusqu’alors à regarder avec dédain : les bourgeoises. Elle va tenter, en calmant son naturel fougueux, de calquer son pas, son look et ses manières sur les plus beaux spécimens de cette espèce qui dans le fond la fascine. Mais chassez le naturel, il revient au galop. La fougueuse Lili va prendre beaucoup de sens interdits et vivre son rêve d’ascension avec mordant, humour, autodérision et tendresse aussi.
Un savoureux bal de bourgeoises que l’on n’est pas prêt d’oublier.
sources : © Robert Laffont 2012

Laissez un commentaire