Les massacres des guerres de Religion

Au moment où la France sort des rudesses du Moyen Age pour plonger dans les joliesses de la Renaissance, se préparent les massacres des guerres de Religion. Protestants avant l’heure, les vaudois du Luberon, vaudois parce qu’émules de Pierre Valdès, un négociant lyonnais qui, au XIIe siècle, prônait la pauvreté et l’humilité de l’Eglise, seront les grandes victimes du siècle de Montaigne et La Boétie.

Récits de Claude Mossé
Editions Presses De La Cite

::L’histoire ::
Sibylle, jeune veuve du seigneur de Buoux, dans le Luberon, elle-même vaudoise, prend fait et cause pour les siens, pourchassés, torturés, violés, brûlés ou tués par Meynier d’Oppède, premier président du parlement d’Aix-en-Provence. Tout cela dans un silence des puissants qui frise la connivence si ce n’est l’assentiment. Sibylle se rend au Vatican pour tenter de convaincre le pape Paul III. Lequel n’est pas contre un peu plus de compassion mais ne fait rien. C’est surtout la jeune femme qui l’intéresse. Pas ces hérétiques qui ont le culot de traduire les Ecritures sacrées en occitan, c’est-à-dire dans la seule langue que les fidèles comprennent. Des hérétiques ! Sibylle, dévouée à sa cause, va aussi rencontrer François 1er, le roi de France. Vieillissant, celui-ci n’a d’intérêt que pour sa lutte contre l’empereur Charles Quint qui convoite la Provence, donc le Luberon ! Et pendant ce temps, les villages de Gordes, Roussillon, Bonnieux, Ménerbes, Mérindol, Lourmarin sont mis à sac et détruits par le feu. Trois mille personnes sont exterminées, hommes, femmes, enfants, en cinq jours, sept cents envoyées aux galères, les cultures détruites et les troupeaux décimés.
sources : © Presses De La Cite 2013

Laissez un commentaire