Un très beau roman à ne pas manquer

Dans ce livre dense en personnages et en rebondissements, Claudie Gallay convainc une nouvelle fois de la singularité de son univers romanesque dont les précédents romans ont séduit les lecteurs. Son style est sans fioritures, mais on découvre beaucoup de sincérité et de profondeur dans cet univers romanesque.


Roman de Claudie Gallay
Editions du Rouergue

:: L’histoire ::
La Hague… Ici on dit que le vent est parfois tellement fort qu’il arrache les ailes des papillons. Sur ce bout du monde en pointe du Cotentin vit une poignée d’hommes. C’est sur cette terre âpre que la narratrice est venue se réfugier depuis l’automne. Employée par le Centre ornithologique, elle arpente les landes, observe les falaises et leurs oiseaux migrateurs. La première fois qu’elle voit Lambert, c’est un jour de grande tempête. Sur la plage dévastée, la vieille Nan, que tout le monde craint et dit à moitié folle, croit reconnaître en lui le visage d’un certain Michel. D’autres, au village, ont pour lui des regards étranges. Comme Lili, au comptoir de son bar, ou son père, l’ancien gardien de phare. Une photo disparaît, de vieux jouets réapparaissent. L’histoire de Lambert intrigue la narratrice et l’homme l’attire. En veut-il à la mer ou bien aux hommes ? Dans les lamentations obsédantes du vent, chacun semble avoir quelque chose à taire. Un très beau roman, âpre et iodée, à fleur d’eau, de silence et de sentiments.
sources : ©Eds du Rouergue 2008

Laissez un commentaire