Une saga familiale

Dans ce premier roman « Les insomniaques », Camille de Villeneuve, ancienne élève de l’École normale supérieure de 28 ans, nous fait partager les désarrois d’une famille aristocratique dans le monde moderne. Une chronique désabusée mais jamais amère. Un très bon roman.

Roman de Camille de Villeneuve
Editions Philippe Rey

:: L’histoire ::
A la mort en 1946 du vieux marquis d’Argentières, ses héritiers se voient contraints de renoncer au train de vie qui fut le leur durant des siècles. Ils vont désormais s’appliquer à en conserver l’essentiel – un château en Anjou et un hôtel particulier à Paris – alors que, pendant plus d’un demi-siècle, la France connaît des bouleversements : guerres d’Indochine et d’Algérie, Mai 68, loi IVG, années Sida, crises économiques, etc. Ces événements, les Argentières les vivront à leur manière, à la fois dans et hors du temps, comme s’ils ne pouvaient pas se laisser emporter au creux du fleuve de l’existence ordinaire. Persuadés d’être protégés par la grandeur passée de leurs ancêtres, ces personnages fiers et fragiles tenteront, tout au long de ce roman foisonnant, de répondre à la question insistante qui leur est posée – à eux, mais aussi à chacun de nous : comment porter le poids d’une histoire familiale ? Ou peut-être, plus encore : comment s’en libérer ?
: © Philippe Rey 2009

Laissez un commentaire