Le dernier John Updike

Avant sa mort en 2009, John Updike a eu le temps d’achever un denier roman, la suite des « Sorcières d’Eastwick ». Revoici donc Alexandra, Jane et Sukie, devenues de cruelles vieilles dames, veuves plus ou moins éplorées. Un style éblouissant, un portrait caustique de l’Amérique et de la vie en général.

Roman de John Updike
Editions Seuil

:: L’histoire ::
Trente ans après leur apparition dans la littérature, les sorcières d’Updike ne sont plus ce qu’elles étaient. L’auteur, qui n’a rien perdu de sa fascination pour les portraits féminins, ressuscite ici Alexandra, Jane et Sukie, désormais veuves de leurs seconds maris et privées de leur jeunesse de femmes émancipées et de leurs pouvoirs, aussi bien de sorcières que de séduction. Le lecteur se divertira au récit des voyages organisés qui les emmènent au Canada, en Egypte et en Chine, avant de les retrouver le temps d’un été à Eastwick, la ville de leurs méfaits d’antan, où elles tentent de racheter leurs péchés passés tout en étant confrontées à la sorcellerie vengeresse d’une ancienne connaissance. L’ouvrage se lit comme un testament de l’auteur et un témoignage sur une époque révolue. En dépit de cette tonalité crépusculaire, Updike, toujours caustique mais jamais sec ni de coeur ni d’écriture, fait à nouveau preuve ici de la finesse de l’observateur sans complaisance qu’il a toujours été.
: © Seuil 2010

Laissez un commentaire