Le roman des Etrusques

Aulus Laristal raconte qu’il s’est établi à Spina, l’une des dernières cités étrusques encore indépendantes, située dans une lagune de la mer Adriatique, non loin de l’actuelle Venise. Descendant d’une haute lignée, il a quitté Tarquinia, sa ville natale, conquise et asservie par Rome alors qu’il était enfant, en emportant une pleine corbeille de documents, certains très anciens, qui témoignent de l’histoire de son peuple, les Etrusques.
Michel Peyramaure, « le romancier de l’histoire », nous fait découvrir la fin de la civilisation des Etrusques.

Roman de Michel Peyramaure
Editions Calmann-Lévy

:: L’histoire ::
Ayant atteint l’âge mûr, il entreprend d’en retracer le cours par écrit dans le petit domaine dont il s’est porté acquéreur. Cependant, les incursions de pillards gaulois venus du nord se multiplient. Spina est menacée. On confie à Aulus, qui s’est illustré dans la légion romaine, le commandement de troupes hâtivement rassemblées. Les envahisseurs sont repoussés mais la ville est bientôt dévastée par une inondation meurtrière, une épidémie de choléra puis une révolte d’esclaves. L’ordre n’est rétabli qu’avec l’appui des romains qui en profitent pour mettre la cité sous tutelle et poursuivre leur entreprise d’assimilation.
: © Calmann-Lévy 2010

Laissez un commentaire