L’HOMME QUI M’AIMAIT TOUT BAS

Un hommage à son père

Éric Fottorino, journaliste, grand reporter, actuellement président du directoire deu groupe la Vie – La Monde, est l’auteur de dix-neuf romans, notamment de trois romans publiés aux Éditions Gallimard,  » Caresse de rouge  » (prix François-Mauriac),  » Korsakov  » (prix des Libraires) et  » Baisers de cinéma  » (prix Femina). Dans « L’homme qui m’aimait tout bas », il rend hommage à son père, disparu l’année dernière, celui qui l’avait adopté à l’âge de neuf ans et qui ne cesse de l’inspirer.

Roman de Eric Fottorino
Editions Gallimard

:: L’histoire ::
Mon père s’est tué d’une balle dans la bouche le 11 mars 2008. Il avait soixante-dix ans passés. J’ai calculé qu’il m’avait adopté trente-huit ans plus tôt, un jour enneigé de février 1970. Toutes ces années, nous nous sommes aimés jusque dans nos différences. Il m’a donné son nom, m’a transmis sa joie de vivre, ses histoires de soleil, beaucoup de sa force et aussi une longue nostalgie de sa Tunisie natale. En exerçant son métier de kinésithérapeute, il travaillait «à l’ancienne», ne s’exprimait qu’avec les mains, au besoin par le regard. Il était courageux, volontaire, mais secret : il préféra toujours le silence aux paroles, y compris à l’instant ultime où s’affirma sa liberté, sans explication. «Ce sont les mots qu’ils n’ont pas dits qui font les morts si lourds dans leur cercueil», écrivit un jour Montherlant. Mais il me laissa quand même mes mots à moi, son fils vivant, et ces quelques pages pour lui dire combien je reste encore avec lui.
sources : © Gallimard 2009

Laissez un commentaire





Pin It on Pinterest

Share This