La fin d’une histoire

Un superbe roman où s’entrelacent Rome et une histoire personnelle, comme si l’une se nourrissait de l’autre, comme si la beauté d’une ville répondait à celle d’une femme. Romancier, auteur dramatique, ancien critique littéraire au Point, Jacques-Pierre Amette a obtenu le prix Goncourt pour « La Maîtresse de Brecht » (2003). Son dernier roman « Le lac d’or » 2008) a été salué par la critique.

Roman de Jacques-Pierre Amette
Editions Albin Michel

::L’histoire ::
Paul est envoyé à Rome par son journal au moment de l’agonie du pape Jean-Paul II pour écrire un papier « d’ambiance ». Lui, qui ne connaît rien au catholicisme, se sent piégé par sa rédaction. Il se rend dans les églises, les quartiers populaires, il est troublé par la beauté des femmes… et découragé par l’ampleur de sa tâche journalistique Un an plus tôt, Paul avait passé un séjour enchanteur à Rome avec Constance, la femme qu’il aime. Elle le rejoint mais quelque chose d’imperceptible a changé en elle. Leur relation se délite au fil des jours, elle finit par lui avouer qu’elle ne l’aime plus et le quitte. Il s’accroche à son papier, hésitant entre plusieurs styles et opte pour des métaphores grandioses. Des images sexuelles obsédantes de Constance ne cessent de le poursuivre. Son article est refusé sans ménagement, il est tétanisé. Paul a cru faire du journalisme, il a cru aimer, mais tout était faux. Il décide de rester à Rome.
sources : © Albin Michel 2011

Laissez un commentaire