Le témoignage d’un intellectuel

Alain Finkelkraut a été un des rares penseurs venus de la gauche qui a eu le courage d’identifier avant les autres les maux dont souffre la société française. « L’identité malheureuse » est le témoignage d’un intellectuel vigilant sur notre époque, notre civilisation, ses lignes de fractures, sans langue de bois mais avec nuances et fermeté.

Essai de Alain Finkielkraut
Editions Stock

::L’histoire ::
L’immigration qui contribue et contribuera toujours davantage au peuplement du Vieux Monde renvoie les nations européennes et l’Europe elle-même à la question de leur identité. Les individus cosmopolites que nous étions spontanément font, sous le choc de l’altérité, la découverte de leur être. Découverte précieuse, découverte périlleuse : il nous faut combattre la tentation ethnocentrique de persécuter les différences et de nous ériger en modèle idéal, sans pour autant succomber à la tentation pénitentielle de nous déprendre de nous-mêmes pour expier nos fautes. La bonne conscience nous est interdite mais il y a des limites à la mauvaise conscience. Notre héritage, qui ne fait certes pas de nous des êtres supérieurs, mérite d’être préservé, entretenu et transmis aussi bien aux autochtones qu’aux nouveaux arrivants. Reste à savoir, dans un monde qui remplace l’art de lire par l’interconnexion permanente et qui proscrit l’élitisme culturel au nom de l’égalité, s’il est encore possible d’hériter et de transmettre.
sources : © Stock 2013

Laissez un commentaire