Un livre étonnant

« Ma vie à Saint-Domingue » est un livre sur Toussaint Laverdure, le libérateur de Haïti. Mais ce n’est pas une biographie, et l’auteur mélange éléments historiques et réflexions personnelles. Un petit livre qui n’est en rien celui d’un historien mais plutôt celui d’un voyageur curieux qui aurait provisoirement choisi d’explorer le temps plutôt que l’espace.

Roman de Jean-Jacques Salgon
Editions Verdier

::L’histoire ::
« Ma vie à Saint-Domingue » raconte une histoire, des histoires. D’abord celle de Toussaint Louverture, génial stratège et héros de la révolte des esclaves dans l’ancienne colonie française de Saint-Domingue, aujourd’hui République d’Haïti, et que Napoléon fit déporter et emprisonner au fort de Joux où il mourut de froid et de maladie le 7 avril 1802.
Celle aussi de ses enfants, Isaac et Placide, qui furent un temps les hôtes de la France (qui les accueillit comme élèves dans son Institution Nationale des Colonies) avant d’y revenir, six ans plus tard, contraints et forcés, assignés à résidence, au moment de l’arrestation de leur père.
Celle de Déguénou, le père de Toussaint, capturé en Afrique et vendu comme esclave. Celle d’Aimé-Benjamin Fleuriau parti de La Rochelle et devenu planteur à la Croix-des-Bouquets, près de Port-au-Prince.
À tous ces destins et d’autres encore se mêlent les propres souvenirs de l’auteur dans un système de réminiscences qui entrent en résonance avec l’histoire qu’il s’efforce de mettre au jour afin, nous dit-il, de se la réapproprier, comme si on l’en avait préalablement privé. Car si, dans les circonstances dramatiques qui continuent de frapper Haïti, le projecteur a été soudain braqué sur ce pays, son histoire et les liens particuliers qui l’unirent jadis à la France sont encore trop méconnus.
sources : © Verdier 2011

Laissez un commentaire