L’Inde du point de vue de la femme

Née dans le Kodagu, au sud de l’Inde, Anjana Appachana fait ses études à Delhi et en Pennsylvanie. C’est en 1992 qu’elle publie Mes seuls dieux. Primée en Angleterre et aux Etats-Unis pour son premier roman, elle poursuit une investigation quasi sociologique de l’imaginaire indien et réinvente les chemins difficiles de la libération de la femme indienne.

Roman de Anjana Appachana
Editions Zulma

:: L’histoire ::
 » Ce fut ma vieille amie qui, en toute innocence, me posa la question : est-ce que la famille observait les coutumes habituelles au cas où le nouveau-né serait un garçon ? Quelles coutumes, ai-je demandé, déroutée. Elle gloussa.  » Pleines d’inventions narratives, les nouvelles d’Anjana Appachana entrelacent enchantement amoureux et cruauté inconsciente, songeries amères et tendres, conflits cocasses ou tragiques. Elles nous font découvrir l’Inde du point de vue de la femme – de l’enfance vulnérable aux déboires des épousailles ; de la fillette qui s’invente une vie sentimentale en lisant Jane Eyre au moment où sa soeur aînée se marie, à celle qui porte une dévotion folle à sa mère, au point de la croire en communication directe avec le panthéon des divinités hindoues !
: © Zulma 2010

Laissez un commentaire