Un drame psychologique

Cristina Comencini explore avec délicatesse et subtilité des sentiments parfois terrifiants, la haine de soi, de l’autre, l’amour aussi. Un roman envoutant.

Roman de Cristina Comencini
Editions Grasset

::L’histoire ::
Marina a l’allure fragile d’une jeune fille et a un fils de deux ans, qu’elle élève au mieux, en se reprochant de ne pas être une mère parfaite : trop égoïste, maladroite, impatiente, fautive. Elle part avec le petit Marco se reposer dans un hameau des Dolomites, à la frontière autrichienne, où elle loue un appartement à un montagnard du cru, Manfred.
Manfred a les yeux clairs et durs, les rides du guide de haute montagne, sa mère l’a abandonné, lui et ses frères, quand il était enfant, puis sa femme l’a quitté, le laissant seul, tout à son mépris du genre féminin. Ils n’ont rien pour se plaire, sinon un noyau de solitude qu’ils partageront, brutalement quand la nuit vient, alors que montent le désir et l’absence de l’autre. Ils s’esquivent puis se trouvent, comme si le monde était soudain à eux. Dans ce roman intimiste écrit à deux voix, Cristina Comencini fait jaillir du silence des personnages, du paysage minéral qui les entoure, torrents, roches, éboulis, une prose enivrante et désespérée. Sommes-nous faits pour vivre avec l’autre ? Et si non, qu’en sera-t-il de nous ?
sources : © Grasset 2011

Laissez un commentaire