RITOURNELLE DE LA FAIM

Un roman juste, grave et mélancolique

Couronné le 9 octobre 2008 par le prix Nobel de littérature, J.M.G. Le Clézio, depuis son premier roman « Procès-verbal » il y a quarante-quatre ans, s’est affirmé comme l’un des plus grands écrivains contemporains. « Ritournelle de la faim » est un superbe livre qui plonge dans la France des années 30 et 40, un livre de la culpabilité française. Dans une veine semi-autobiographique, J.M.G. Le Clézio fait revivre une femme, Ethel, qui ressemble étrangement à sa mère, dans une époque troublée, celle de la Seconde Guerre mondiale et de son cortège d’horreurs et d’effroi.

Roman de Jean-Marie Gustave Le Clézio
Editions Gallimard

:: L’histoire ::
En 1931, Paris accueille l’Exposition coloniale. Une petite fille de dix ans, Ethel, s’y promène avec son grand-oncle, Samuel Soliman. Ce dernier porte sur l’exposition un regard d’autant plus ironique que lui-même est originaire de l’île Maurice. Néanmoins, en découvrant le pavillon de l’Inde, il décide de l’acquérir pour le faire reconstruire sur un terrain qu’il possède : il l’appellera la Maison mauve. Très impressionnée par ce projet, Ethel promet à son grand-oncle d’en assurer la réalisation après sa mort. En effet, Samuel Soliman est un homme âgé, riche, qui veut faire de la jeune fille, son héritière.
Dans les prémices de la guerre, Ethel grandit avec sur ses fragiles épaules le poids des renversements, celui de l’horreur qui s’avance.
sources : ©Gallimard 2008

Laissez un commentaire





Pin It on Pinterest

Share This