Un conte drôle et cruel

L’amour, tout le monde en parle, presque tout le monde le fait, mais quelqu’un a-t-il déjà compris ce que c’était ? Ce livre montre qu’en tout cas, pas moi.
Née en Allemagne, mais française de coeur, Anne Weber part dès 1983 comme jeune fille au pair à Paris et y fait des études en littérature française ainsi qu’en littératures comparées à la Sorbonne. De 1989 à 1996, elle travaille pour diverses maisons d’édition. En 1998, elle publie au Seuil son premier roman « Ida invente la poudre », qui est édité en version allemande aux éditions Suhrkamp. Avec « Tous mes voeux », elle nous livre un conte drôle et cruel, sur l’aveuglement de l’amour et l’ironie de la vie.

Roman de Anne Weber
Editions Actes Sud

:: L’histoire ::
Imaginons un homme parfaitement insignifiant. Imaginons que, contre toute attente, cet homme se révèle être l’incarnation du prince charmant : épris d’amour, courtois, honnête et fiable. Pour parfaire le tableau, l’homme vit retiré dans un château au coeur de la forêt. Commence alors une histoire digne d’un roman à l’eau de rose. La suite est moins idyllique, pour ne pas dire franchement sordide et même atroce.
Ne disons rien de plus. Posons plutôt des questions : serait-il possible que ce que nous appelons “amour” ne soit bien souvent qu’un désir d’amour ? Et que ce désir d’amour soit si puissant qu’il arrive à nous tenir lieu de réalité ? Comme rien d’autre au monde, l’amour ne concentre-t-il pas nos espoirs les plus fous et nos vœux les plus chers ?
Et, de tout cela, à la fin, il ne resterait que de l’air ?
: © Actes Sud 2010

Laissez un commentaire