La folie du rabbin

La prière du Kol Nidré est source d’interrogations et de persécutions pour les juifs depuis des siècles. Michel Steiner, auteur de romans noirs, docteur en psychologie et psychanalyste, s’empare de ce paradoxe pour instruire un roman à énigme éclatant, où le lecteur est conduit avec le héros à trouver le sens oublié de ce texte. Humour juif et dialectique se disputent tout le long de ce roman spéculatif captivant qu’on ne lâche pas avant la dernière page.

Roman de Michel Steiner
Editions Hors Commerce

:: L’histoire ::
La folie de Kroupnik faisait jaser. Il avait mis en pièces, mangé des pages du livre Prières de Kippour. Ne plus porter la kippa, s’être massacré la barbe et les anglaises étaient autant de signes prouvant qu’il avait perdu toute estime de soi. La lecture d’un texte sacré dans les W.-C., le déplacement impérieux des mezouzoth, ces transgressions affichées le faisaient hérétique aux yeux de ses disciples. Rozen chercha ce qui pouvait être de nature à troubler l’entendement d’un rabbin. Dieu n’est pas, Dieu n’est plus ? Il s’est suicidé ? Non. Des hommes aussi solides ne se troubleraient pas pour si peu. Ainsi s’interroge Rozen, érudit, Juif athée, joueur d’échecs, appelé à jouer les épouvantails à rabbin pour sauver le rabbin de la folie. « Nos voeux ne sont pas des voeux, […] nos serments ne sont pas des serments. »
: © Hors Commerce 2010

Laissez un commentaire