Une désintoxication

Dans ce texte inédit, Françoise Sagan raconte sa désintoxication. Sous la forme d’un journal, on sent qu’elle s’adresse encore à un lecteur potentiel. Elle y décrit sa souffrance et son angoisse de la déchéance. Elle s’observe, s’ausculte, nous fait partager ses pensées, ses lectures et sa peur immense de la mort, du vide, de la solitude.
Bernard Buffet a magnifiquement illustré le texte : chaque page est illustrée de dessins, à l’encre de chine, aigus, violents qui sont le reflet de la douleur insurmontable du manque.

Roman de Françoise Sagan
Editions Stock

:: L’histoire ::
« En été 1957, après un accident de voiture, je fus, durant trois mois, la proie de douleurs suffisamment désagréables pour que l’on me donnât quotidiennement un succédané de la morphine appelé le “875” (palfium). Au bout de ces trois mois, j’étais suffisamment intoxiquée pour qu’un séjour dans une clinique spécialisée s’imposât. Ce fut un séjour rapide, mais au cours duquel j’écrivis ce journal que j’ai retrouvé l’autre jour. »
Françoise Sagan
: © Stock 2009

Laissez un commentaire