TROP

Un portrait satirique et drôle de notre société

Jean-Louis Fournier est l’auteur de nombreux livres qui mêlent humour, sincérité et une fausse désinvolture. Sans avoir l’air d’y toucher, il aborde des sujets graves avec des mots simples qui touchent les gens au cœur. Fidèle complice de Pierre Desproges, au début de sa carrière, il publie très vite plusieurs romans qui obtiennent un grand succès public, notamment Où on va papa, en 2008, qui reçoit le prix Femina, Veuf, en 2011, qui aborde la mort de sa femme et, plus récemment, en 2013, La Servante du Seigneur, où il évoque la relation douloureuse qu’il entretient avec sa fille, entrée en religion.

Roman de Jean-Louis Fournier
Editions La Difference

::L’histoire ::
Les murs de la salle d’exposition sont couverts de tableaux, ils sont tous tellement beaux qu’on ne sait plus où donner de la tête, devant lequel s’attarder. Alors, on ne s’attarde pas. Dans la pénombre, au fond d’une salle, est accroché un seul petit tableau, l’assistance est silencieuse, recueillie. Il s’agit d’un dessin de Raphaël, une vierge belle à se damner. Je m’arrête devant la devanture d’un kiosquier. Les étagères ploient sous le poids des journaux, des revues, souvent jamais lues. Le marchand de journaux est débordé, il n’a plus de place. Je viens d’acheter un nouveau poste, il me garantit 1350 stations. Je ne peux plus entendre ma radio préférée, il y a trop de stations, elles se brouillent. Sur l’appareil qu’on m’a offert, je peux stocker plus de 1000 chansons. Mon nouveau téléviseur me promet 500 chaînes. Je suis arrêté dans un embouteillage depuis plus d’une heure, il y a trop de voitures. J’ai voulu acheter les sonates pour piano de Mozart, il y a 50 interprétations. Comment choisir ? Au supermarché, j’ai compté 40 marques de gâteaux secs. Je n’en ai pas acheté. Le prince a 400 femmes dans son harem, il a l’embarras du choix. Chaque soir, il hésite, se morfond. Quand il choisit une brune, il pense aux blondes, quand il choisit une blonde, il pense aux brunes. J’ai le syndrome du harem. J’ai le choix, j’ai surtout l’embarras du choix. J’imagine une forêt hirsute, les arbres sont côte à côte, trop serrés, ils s’étouffent, la forêt va bientôt mourir. On va couper quelques arbres pour mon nouveau livre. Il sort une centaine de livres par jour, je pense à mon petit livre. Au bout d’une semaine, il va disparaitre, écrasé par 600 livres. Mon prochain livre, je vais l’appeler TROP.
sources : © La Difference 2014

Laissez un commentaire





Pin It on Pinterest

Share This