Hommage aux clandestins

Saad veut quitter Bagdad, son chaos, pour gagner l’Europe, la liberté, un avenir. Mais comment franchir les frontières sans un dinar en poche ? Comment, tel Ulysse, affronter les tempêtes, survivre aux naufrages, échapper aux trafiquants d’opium, ignorer le chant des sirènes devenues rockeuses, se soustraire à la cruauté d’un geôlier cyclopéen ou s’arracher aux enchantements amoureux d’une Calypso sicilienne ?
Eric-Emmanuel Schmitt a composé un vibrant hommage romanesque aux clandestins, ces hommes et ces femmes qui, de nos jours, n’ont pas voix au chapitre.

Roman de Eric-Emmanuel Schmitt
Editions Albin Michel

:: L’histoire ::
Je m’appelle Saad Saad, ce qui signifie en arabe Espoir Espoir et en anglais Triste Triste. »
Fuyant Bagdad et son chaos, le jeune Saad souhaite rejoindre l’Europe, mais passer les frontières s’avère complexe, sinon impossible…
Or son périple dans notre monde contemporain n’est pas sans rappeler par ses embûches, ses naufrages ou ses rencontres celui d’Ulysse, le premier des voyageurs, à cette différence qu’aujourd’hui les Sirènes se sont métamorphosées en rockeuses, le Cyclope en fonctionnaire des Nations Unies.
D’une plume malicieuse, Eric-Emmanuel Schmitt nous raconte l’odyssée de ces hommes qu’on appelle « clandestins ». Contrairement à Ulysse, ils ne retournent pas chez eux mais cherchent une nouvelle place sur la terre, un lieu où aucune Pénélope ne les attend. Et les obstacles qu’ils affrontent ne sont pas les dieux, plutôt les hommes.
Mêlant humour et humanisme, Eric-Emmanuel Schmitt pose, en filigrane, des questions graves : qu’est-ce qu’une frontière ? Vers quel monde avançons-nous ? Nos identités sont-elle de pierre ou en fumée ?
S’appuyant sur l’Histoire et ses prolongements philosophiques, ce conte contemporain se situe dans l’œuvre d’Eric-Emmanuel Schmitt entre « Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran » et « La Part de l’autre ».
sources : © Albin Michel 2008

Laissez un commentaire