Père et fille

Geneviève Brisac a publié aux Editions de l’Olivier un recueil de nouvelles et de nombreux romans dont « Week-end de chasse à la mère » (prix Femina 1996), et, plus récemment, « 52 ou la seconde vie » (2007). Elle a également consacré trois essais à la littérature anglo-saxonne. Une année avec mon père marque son retour à une forme qui lui avait particulièrement réussi avec « Petite » : difficile en effet de faire la part du réel et de la fiction dans ce roman qui, paradoxalement, est tout entier du côté de la vie.

Roman de Geneviève Brisac
Editions de l’Olivier

:: L’histoire ::
Père et fille : comment se dire adieu ? Automne, hiver, printemps, été. Une année : c’est le sursis dont dispose Monsieur B., entre la mort de sa femme, décédée dans l’accident de voiture dont ils ont tous deux été victimes (et auquel il a survécu), et sa propre disparition, que l’on devine proche. Une année pendant laquelle sa fille – qui est aussi la narratrice de ce récit – n’aura cessé de l’accompagner, l’entourant de son affection et de ses attentions. Au fond, quand on parle de la relation père-fille (et vice-versa), de quoi parle-t-on au juste ? Cet amour – car c’est de cela, finalement, qu’il s’agit – de quoi est-il fait ? C’est le sujet de ce livre très personnel. En courts chapitres, Geneviève Brisac relate les étapes successives de ce chemin suivi ensemble par le père (l’accident, la rééducation, la solitude, le ré-aprentissage de la vie, etc.) et sa fille (les visites à l’hôpital, Noël, les vacances…), avec un mélange de pudeur et de lucidité. Qui est Monsieur B. ? Ce livre cerne le mystère qui réside au cœur de chaque vie, et que la mort ne peut ni dissiper, ni élucider.
: © Editions de l’Olivier 2010

Laissez un commentaire