UNE VIE A BRÛLER

Une autobiographie qui sonne juste

Grand livre sur l’aviation, « Une vie à brûler » est aussi une profonde méditation sur la littérature et les arts. Un livre d’aigle, pur comme l’azur et acéré comme des serres.

Roman de James Salter
Editions de l’Olivier

::L’histoire ::
es Salter fait figure de légende. À cet ancien pilote de l’US Air Force, romancier et scénariste à Hollywood, on prêtait un amour excessif du danger, le goût des femmes et une passion pour la France. Et l’on n’avait pas tort, à en juger par son autobiographie. Même si Salter s’y montre moins soucieux d’entretenir la légende que de dire la vérité. C’est pourquoi ce livre, contrairement à tant de mémoires d’écrivains, sonne si juste.
Salter raconte : son enfance à New York dans les années 30, l’influence de son père qui le conduit à West Point, la prestigieuse académie militaire où – fait rarissime pour un juif – il fait toutes ses études avant d’entrer dans l’armée de l’air, la Corée et ses missions de pilote de chasse sur les premiers jets supersoniques.
Il démissionne de l’armée pour se consacrer à l’écriture, devient romancier et scénariste. Dans le récit qu’il en fait, Salter trace d’admirables portraits, de Kerouac à Irvin Shaw, de Robert Redford à Joe Fox : c’est drôle, cruel, un brin nostalgique.
Nécessairement inachevés, ces mémoires sont un tour de force narratif et stylistique. Dans une prose ciselée, un des derniers grands écrivains américains nés avant la guerre jette un regard ironique et grave sur notre époque.
sources : © Editions de l’Olivier 2013

Laissez un commentaire





Pin It on Pinterest

Share This