Une enfance heureuse

L’auteur relate son enfance heureuse, rue du Val-de-Grâce, dans un appartement situé dans le cinquième arrondissement, un lieu magique et anarchique, choyée par des parents persécutés pendant la Seconde Guerre mondiale. Elle nous offre une histoire drôle, sensible et pudique, merveilleux hommage à ses parents. Un moment d’émotion.

Roman de Colombe Schneck
Editions Stock

:: L’histoire ::
Est-ce qu’on me pardonnera d’avoir été aimée à ce point ? se demande la narratrice. Est-ce qu’on lui pardonnera la chance inouïe d’avoir passé les vingt-trois premières années de sa vie au « Val de Grâce » ? Comment oublier 200 mètres carrés dans un immeuble haussmanien, rue du Val de Grâce, au coeur de la capitale ? Comment oublier les odeurs, le toucher d’un appartement dont on connaît le moindre recoin, la moindre éraflure ? Les nombreux meubles, l’accumulation des objets, l’originalité des décors, le papier doré et argenté des murs ? Comment oublier l’enfance heureuse, préservée, qui donne droit à tout : aux confiseries et à la boulangerie à compte ouvert ; à la patience de Madame Jacqueline ; aux rêves de princesse de contes de fées ? Au Val de Grâce, tout devient beau, tout y est magique. Tout paraît éternel. Les enfants ne voient pas le manque d’argent. L’usure, le temps qui passe. On ne leur raconte pas la douloureuse histoire familiale, les parents juifs immigrés fuyant la Shoah. Mais cette histoire a son terme au bout de vingt ans. La disparition de la mère sonne la dernière fête, puis la liquidation du Val de Grâce. C’est l’enfance qui s’en va, les traces des parents, les souvenirs joyeux. Chez soi, en soi, on conserve un mini Val de Grâce, de précieuses reliques. Un jour, alors que la vie est en miettes, on comprend qu’il faut liquider Val de Grâce, le faire revivre une dernière fois pour mieux refermer la porte sur le passé.
sources : ©Stock 2008

Laissez un commentaire